Une jeune instit à la campagne, des histoires, des astuces, du grand air! NDLR: je tiens à préciser que ce blog n'est qu'une pure et totale fiction et qu'aucune responsabilité ne pourra m'être imputée puisque dans la réalité je suis éleveuse de cailles!

01 mars 2010

Pitié pour eux

Catégorie: Le plus beau métier du monde

Veille de vacances. Mes élèves baillent aux corneilles tandis que je tente péniblement l'explication du poème de Kipling "Tu seras un homme, mon fils". Oui je sais, je vise haut avec mes cm2, mais j'aime bien leur lancer des challenges, sachant quand même qu'ils ont toujours le choix entre deux poèmes. Sur ce coup-ci, j'ai opté pour un poème assez drôle parlant de canards - assez simple aussi et donc qui sera choisi par la majorité des élèves - et ce très célèbre et très beau poème de Kipling. Histoire de changer d'Océano Nox de Victor Hugo.

Bref, certains élèves suivent, participent, tentent des interprétations, confrontent leurs ponts de vues, mais la majorité n'écoute plus rien, n'attendant qu'une chose: la fin. Comme une longue et lente agonie. Moi je perds ma voix, et la vue d'un énième élève baillant à s'en décrocher la mâchoire, l'oeil torve, avachi sur son bureau, achève de m'agacer. J'explose:

"- C'est incroyable ça, vous pouvez pas faire l'effort de vous intéresser un peu à ce qu'on raconte?! Alors d'accord le texte est compliqué, mais quand même! Ok, alors comme vous avez déjà fait votre choix pour l'autre poésie, celle là vous vous en foutez! Mais si c'est comme ça, la prochaine fois je vous colle une poésie super longue et super compliquée et obligatoire pour tout le monde! Et ça vous fera les pieds! Alors vous vous réveillez et vous vous y mettez hein!"

Changement de décor: une autre salle de classe dans une autre école, 18h15, une petite trentaine de profs réunis sous la houlette de deux conseillers pédagogiques de circonscription pour une séance d'animation pédagogique sur le thème du débat littéraire en classe. Youpi. Je suis une de ces pauvres brebis assommées par une journée de travaille bruyante, contrainte à cette mascarade de formation. Que du bonheur. J'écoute les evidences que nous épluches les différents interloculteurs d'une oreille distraite, alors qu'en même temps, pour tuer l'ennui, je compte les lettres dans chacune des phrases qu'on nous projette au tableau via powerpoint. Je me fais chier comme un rat mort, le propos ne m'interesse absolument pas. on nous distribue un petit texte sur une feuille, on nous fait lire, on nous demande de réfléchir à un truc à la con. Je regarde discrètement l'heure du coin de l'oeil. Et d'un coup, alors que je réprime discrètement un énorme baillement, encore un, d'un coup je repense à mes élèves, à leurs baillements à eux durant mon interminable explication de poème...

Mon dieu que c'est chiant d'être un élève. 

Posté par Eddie à 00:09 - Le plus beau métier du monde - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Eh oui!

    Posté par Caro-croisezlesf, 03 mars 2010 à 11:48
  • traduction

    Bonjour,
    c'est drôle parce que moi je travaille sur les contes de Kipling en ce moment, et tu me donnes l'idée d'y adjoindre le poème pour les CM2.
    Quelle traduction as tu choisie ? je compare depuis une demie heure les différentes traductions par rapport au texte original, mais je ne me décide pas. Merci de ta réponse, et bon courage
    Carramim

    Posté par Carramim, 07 mars 2010 à 12:58
  • Désolée pour la multiplicité des commentaires, je ne sais pas ce qui s'est passé ???

    Posté par Carramim, 07 mars 2010 à 12:59
  • Et encore et encore...

    Pas de soucis, j'effacerai les doublons plus tard!
    Pour Kipling, j'ai choisi la traduction de Pierre Maurois car c'est celle qui est la plus communément admise, mais j'ai bien expliqué à mes élèves que le poème original était en anglais et que forcément ça perdait un peu de son charme à la traduction. Et dans la foulée, je te mentionne juste que j'ai aussi eu l'idée pendant les vacances de les rendre plus actifs par rapport au texte en les lançant sur un atelier d'écriture (et de philosophie!) pour rédiger leur "Si" à eux. Je garde également ton idée de travail sur les contes... peut être juste au moins pour une lecture plaisir, en plus ils adorent ça!

    Posté par Eddie, 08 mars 2010 à 00:19
  • Maitresse, y'a des fautes...

    Eh ben alors,j'ai la berlue ou quoi?
    "une journée de travailLE?"? "les e(é)vidences que nous éplucheNT les différents interlocuteurs", manque un accent sur "intéresse", manque une majuscule à la phrase suivante...
    Et paf, je la tiens ma vengeance, sur cette prof de 6ème qui m'amis un 0 en dictée, le seul zéro de toute ma vie!!!!!!!!!!!!!!
    Et c'est tombé sur vous. Désolée. Ca fait du bien la vengeance, même 25 ans plus tard...
    J'aime bien votre blog, il me fait beaucoup rire.
    Sans rancune?

    Posté par Marjorie, 04 avril 2010 à 00:46
  • Quel plaisir...

    ... de découvrir ton blog. Je me retrouve beaucoup dans tes remarques, j'aime bien ton impertinence, qualité rare dans ce milieu de bénis oui-oui. Merci pour l'humour et bonne continuation !

    Posté par LN, 28 avril 2011 à 19:15

Gribouiller sur l'ardoise?